Raymond Gurême,

Un chemin de mémoire
et de résistance

Le propos de cette exposition est double : rendre hommage à Raymond Gurême et « continuer la route » qu’il a tracée. Le chemin de mémoire c’est celui qu’il a engagé tout au long de ces années pour sortir de l’oubli sa propre histoire, celle de sa famille et de tous ceux qui n’ont pas pu parler ou que l’on n’a pas écoutés, plus de 6500 « Tsiganes », « nomades » « Gens du Voyage »*, internés arbitrairement dans les camps d’internement en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Le chemin de résistance est celui de son combat pendant la guerre et de son engagement contre toutes les injustices, tout au long de sa vie.

L’exposition retrace l’histoire personnelle et familiale de Raymond Gurême dans le contexte de l’histoire globale des « Gens du Voyage » au XXe siècle. En s’appuyant sur le récit de vie emblématique de Raymond, cette histoire s’incarne et devient accessible au public le plus large à qui nous destinons cette exposition, notamment les plus jeunes, à partir du niveau « collège ».

*les termes « Tsiganes », « nomades » sont employés ici dans leur contexte historique. Le terme « Gens du voyage » s’est substitué aux précédents, dans les textes administratifs, au cours de seconde partie du 20ème siècle. Raymond Gurême se désignait lui-même, comme un « Voyageur ».